Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

(Verdun, le 17 mai 2021) Suite à la publication d’un article dans La Presse ce matin révélant qu’un locataire verdunois s’est suicidé en conséquence de son imminente éviction, le Comité d’action des citoyennes et citoyens de Verdun (CACV) tient d’abord à offrir ses plus sincères condoléances et son soutien à la famille et aux proches de la personne décédée.

Nous tenons également à souligner que cette tragédie aurait pu être prévenue. Pour que cela ne se reproduise plus, le CACV demande des engagements concrets de la part des gouvernements qui ne doivent plus ignorer l’insuffisance flagrante des mesures de protection des locataires face aux manœuvres d’éviction des propriétaires.

Dans le cadre de l’exercice de notre mission de défense des droits des locataires, nous sommes témoins, semaine après semaine, de locataires en grande détresse psychologique face aux tentatives de plus en plus communes (et très souvent fructueuses) de propriétaires pour les évincer de leur logement. Selon le Code civil du Québec et les règlements en vigueur, la grande majorité de ces personnes ont le droit de rester dans leur logement, mais seule une minorité d’entre elles parviennent à défendre ce droit, puisque les mécanismes de protection juridiques sont insuffisants pour contrer les manœuvres des propriétaires.

Dans le contexte de la pénurie de logements à Verdun, de la flambée du prix des loyers1 et des évictions abusives de locataires de plus en plus communes, le manque d’action de la part des gouvernements quant à la crise du logement est intenable.
Afin de mieux protéger les locataires, le CACV demande :

• Que le Gouvernement du Québec reconnaisse la crise du logement et prenne des moyens forts pour y faire face, entre autres par l’établissement d’un contrôle obligatoire des loyers, par une amélioration substantielle des protections contre les évictions abusives et par un contrôle des conversions en copropriétés indivises;

• Que la Ville de Montréal intensifie ses efforts sur la place publique et auprès du gouvernement du Québec de revendication de changements substantiels afin d’endiguer les abus les plus communs au droit de maintien dans les lieux des locataires;

• Que l’Arrondissement de Verdun fasse sa part pour protéger les locataires contre les évictions et pour maintenir le parc locatif en interdisant les fusions de logements dans des bâtiments de quatre logements et moins (actuellement interdites à Verdun seulement pour des bâtiments de 5 logements et plus);

• Que la Ville de Montréal exerce son droit de préemption et fasse l’acquisition de terrains pour des logements sociaux dans le secteur Dupuis-Hickson, qui représente une des dernières opportunités foncières permettant de répondre aux besoins des Verdunois et Verdunoises à faibles et modestes revenus, dont plusieurs de nos aînés et de nos familles;

• Que les gouvernements du Québec et du Canada rehaussent substantiellement leurs appuis au développement et au maintien de logements sociaux et communautaires, afin de répondre aux besoins impérieux et grandissants que le secteur immobilier privé n’est ni en mesure ni désireux de combler.

-30-

Contact pour les médias :
Steve Baird, directeur du CACV, 514-769-2228, poste 102